Où l’on suit la toilette quotidienne d’un célèbre agent secret.

La routine de toilette de Bond, James Bond, est des plus intéressantes, alors même qu’elle n’est pas classée secret défense. Ses rasoirs fétiches, ses produits de soin favoris, décrits par Ian Fleming dans ses romans ou portés à l’écran dans plusieurs opus… Tout est passé au peigne fin de la Razette. Rien que pour vos yeux.

Les rasoirs et gadgets de James Bond

« Le plus important était l’épais tube de crème à raser Palmolive dans la trousse de toilette. Tout le haut de celui-ci se dévissait pour révéler le silencieux du Beretta, emballé dans de la ouate. »

Comme il apparaît dans le passage ci-dessus dans Bons Baisers de Russie, James Bond a plus d’un tour dans sa trousse de toilette pour déjouer les plans machiavéliques de ses ennemis. Découvrons ensemble les différents rasoirs et gadgets que James utilise dans ses aventures.

Le rasoir Gillette Slim Adjustable de « Goldfinger »

Le Rasoir Gillette Slim de James Bond

Dans la plupart des romans de James Bond, créé par Ian Fleming, notre héros se rase avec un rasoir de sûreté à double tranchant. Il faudra attendre le film Goldfinger (1964), troisième opus cinématographique « canon », pour voir James utiliser un rasoir de sûreté. C’est le fameux Gillette Slim Adjustable, la dernière nouveauté de l’époque, que nous présentions dans un précédent article. Alors qu’il est emmené de force (mais dans un jet privé luxueux, tout de même) vers Auric Goldfinger, l’antagoniste du film, James tient à être présentable et s’enferme dans la salle de bain. Il va pour se raser au rasoir de sûreté, mais l’embout de celui-ci révèle un compartiment secret, contenant un appareil signalant sa position aux services du MI6.

Rasoir Gillette Slim et gadgetAprès avoir dévissé la partie inférieure du manche, il sort le dispositif, l’active et le place dans la partie cachée du talon de sa chaussure. Une séquence de gadget d’espionnage typique des années 1960 ! Pas étonnant qu’ils aient choisi ce rasoir Gillette : son mécanisme complexe mais impeccable, réglable pour s’adapter à toutes les situations, est tout à fait à l’image de son utilisateur à l’écran… Une fois tout en ordre, il peut procéder à son rasage, conscient qu’on l’épie depuis l’autre côté du miroir. Mais ce n’est bien sûr pas ça qui l’arrêtera.

Sacré James !

Le rasoir Schick Injector – « Vivre et Laisser Mourir »

Dans le film Vivre et Laisser Mourir (1973), James Bond (Roger Moore) se rase avec un rasoir Schick « Injector » et une mousse à raser Schick, dans la salle de bains de son bungalo à l’hôtel San Moniquan.

Le rasoir semble être le Shick Type L, qui a été produit de 1965 à 1980. Le manche a une partie supérieure lisse, la plupart des modèles Schick Injector L ont un fond strié. Il est donc possible que celui que Bond utilise en ait un aussi, bien qu’il ait l’air d’avoir un fond lisse dans le film. Peut-être a-t-il été adapté par les accessoiristes aux besoins du film ?

James lui sait s’adapter. Ses produits de rasage sont utilisés à bon escient : la mousse pour une peau lisse, et l’aftershave en spray pour un lance-flamme improvisé, quand un serpent est lâché dans sa salle de bain.

Quelques opus plus tard, dans Dangereusement Vôtre (1985), James bond et son collègue utilisent un rasoir électrique Philishave 1335. Non pas pour se raser, mais pour scanner la pièce à la recherche de microphones secrets. Le rasoir avait bien évidemment été modifié par la division Q pour cet usage.

Rasoir Philips Philishave Sensotec HQ8894 – « Meurs un Autre Jour »

Le rasoir choisi par James Bond dans Meurs un Autre Jour (2002) est un rasoir électrique Philips Philishave Sensotec HQ8894. Bond (Pierce Brosnan) utilise le rasoir à l’hôtel Rubyeon Royale à Hong Kong pour raser la barbe qu’il a acquise pendant ses 14 mois d’emprisonnement en Corée du Nord.

Dans un plan de sa suite présidentielle, on voit un emballage rond et transparent sur lequel est imprimé le logo Philishave, à côté d’une glacière contenant du champagne Bollinger et des chemises et costumes Brioni blanches et bleues toutes neuves.

Dans les versions américaines du film, l’emballage comporte un logo Norelco ! En effet, en Amérique du Nord, ce rasoir est commercialisé sous le nom de Norelco Spectra 8894XL. Le nom Philips y étant protégé pour une autre marque.

Un peu plus tard dans le film, dans la station de métro abandonnée de Londres où Bond rencontre M et Q, on peut apercevoir deux publicités vintage de Philishave sur le mur.

Rasoir Droit et Blaireau – Skyfall

James Bond aime faire certaines choses à l’ancienne, notamment se raser avec un coupe-choux et prendre du savon dans un bol à raser en bois. Sacré retour aux sources ! Dans SkyFall (2012), nous voyons Bond utiliser un bol de rasage en bois, un blaireau véritable et un rasoir droit. Les marques des produits sont pour une fois soigneusement cachées au spectateur (nous y reviendrons). La scène de rasage au coupe-chou avec Naomie Harris est très vite devenue culte, par sa sensualité et cette tension qu’apporte la lame très tranchante. Raser n’est pas jouer. Il aurait fallu 6 mois d’apprentissage, avec le père de la coiffeuse du tournage, pour que la jeune actrice maitrise parfaitement la lame ! Elle s’est d’abord entrainée sur des ballons, puis sur tous les hommes volontaires du set.

Revoyons cette scène mythique :

Parfois les vieilles méthodes sont les meilleures…

Produits et soins so British

Que ce soit dans les livres ou dans les films, James Bond préfère prendre soin de lui avec des produits anglais. Floris, Geo F. Trumper, Kent, Pears… Voici un tour d’horizon des produits rencontrés.

Floris Limes et N°89

James Bond dans son bainDans le roman Dr. No, James Bond et Honeychile Rider utilisent l’essence de bain Floris Lime et les cubes de bain Guerlain pour améliorer leur expérience du bain. Ils trouvent les essences de bain dans leur luxueuse chambre de prison dans le repaire du Docteur No. « Il y avait tout dans la salle de bain – de l’essence de bain Floris Lime pour les hommes et des cubes de bain Guerlain pour les femmes. ». Bond écrase un cube de bain dans l’eau du bain de Honey. Plus tard, il prend lui-même un bain, on peut donc supposer que Bond utilise l’essence de bain Floris Lime.

Le créateur de James Bond, Ian Fleming, était un fan de Floris et utilisait lui-même le parfum n° 89. La marque est mentionnée dans plusieurs romans de Bond, par exemple dans Moonraker : « Floris fournit les savons et les lotions dans les toilettes et les chambres ». Dans Les Diamants sont Eternels, l’essence de bain Floris est mentionnée : « Il devrait envoyer un câble à May pour faire réparer les choses. Voyons voir – des fleurs, de l’essence de bain Floris, aérer les draps… ».

L’essence de bain Floris Lime est malheureusement discontinuée aujourd’hui, mais l’eau de toilette existe encore. Floris décrit le parfum comme « un éclat vibrant du zeste de citron accompagné de petitgrain introduit le cœur rafraîchissant du tilleul, du néroli et du muguet soutenu par une base musquée ».

Geo F. Trumper « Eucris »

Savon Trumper Eucris« Il y avait une bouteille d’Eucris de M. Trumper à côté de la brosse et du peigne très masculins de Kent« , cette description de Fleming se trouve dans Au Service Secret de sa Majesté, ajoutant que Bond se sentait très à l’aise chez le patron du syndicat du crime européen, Marc-Ange Draco. 

Le parfum Eucris est un parfum chaud, sensuel et sophistiqué. « Eucris » vient d’ailleurs du Grec ancien Eukharis qui veut dire « de qualité agréable et de proportions élégantes ». Ca ne vous rappelle pas quelqu’un ?

Le parfum Eucris est aujourd’hui décliné en savon de rasage en bol bois noir. Un bol que l’on retrouve d’ailleurs dans les mains de Daniel Craig dans Skyfall. Coïncidence ? Je ne crois pas…

Quant aux accessoires Kent, ils sont depuis le dix-huitième siècle au service de sa Majesté, pas étonnant donc que nous les retrouvions dans les aventures de James Bond ! Aujourd’hui encore, Kent fabrique des brosses et peignes à cheveux de qualité à la main, en Angleterre.

Pinaud Clubman

« Il est allé dans la salle de bains prendre une douche glacée et s’est lavé les cheveux avec Pinaud Elixir, le prince des shampooings, pour enlever la poussière des routes… ».

Dans Au Service Secret de sa Majesté toujours, Ian Fleming nous parle d’un shampoing Pinaud. Malheureusement, le produit exact n’est plus fabriqué, mais nous pouvons nous consoler avec leur Eau de Quinine, une lotion capillaire traditionnelle qui semble être le successeur spirituel du produit approuvé par Bond. Parfaite pour reproduire sa coiffure toujours impeccable !

James Bond reviendra…

Pour conclure, d’accord, notre rasoir ne fait pas GPS. Nous n’avons pas trouvé nos produits de rasage dans une base de super-vilain, ni notre shampooing près d’une bouteille de Bollinger 1961. Toutefois, avec une routine de toilettage de premier ordre, nous pouvons nous sentir dignes de l’étoffe de Bond.

Et vous, quel est votre produit favori qui vous fait vous sentir comme James ?

James Bond clin d'oeil

6 Replies to “L’espion qui se rasait”

  1. Merkur depuis des années, crème à raser au Cade de l occitane. Pour l après à rasage , j ai utilisé de la Lozione dopo barba assez alcoolisé mais qui laissait une sensation de fraîcheur immédiatement après la brûlure. J utilise à présent la crème après rasage de l occitane.

  2. C’est une chose que je n’aimerais pas qu’on m’enlève … le sacro saint instant privilégié du rasage. Et j’utilise aussi des produits anglais par leur élégance et haut raffinements comme Trumper ou Penhaligon.

  3. Excellent article très très bien documenté ! Coïncidence amusante: je lis les romans en ce moment et je suis tombé sur le passage de « Bons Baisers de Russie » il y a quelques jours. Heureusement que vous êtes là pour m’éveiller car je n’avais pas prêté attention aux références mentionnés dans « Moonraker » (Entourloupe dans l’azimut, titre de la version française traduite à l’époque) et dans « Les diamants sont éternels » (Chauds les glaçons, titre…). J’ai précisé les titres des ouvrages en traduction ancienne car les livres d’édition récente ont modifié des passages jugés aujourd’hui trop « politiquement incorrect », ce qui est un sacrilège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.