Où l’on apprend que le métier de barbier n’a pas toujours été ce qu’il est aujourd’hui…

Le Barber Pole, kézaco ?

Vitrine de Barbershop

Vous êtes-vous déjà demandé quelle était l’origine de cette drôle d’enseigne, au dessus de la porte de votre barbershop favori ? La Razette a mené son enquête. Le Barber Pole, littéralement bâton ou poteau de barbier, est au barbier ce que la carotte est au bureau de tabac, ou la croix verte à la pharmacie. C’est la fameuse enseigne verticale, souvent bleu-blanc-rouge en spirale, parfois juste blanche et rouge, que les barbiers installent sur leur devanture.

Dans certains pays étrangers (Italie, USA, Turquie…), la tradition du barbier est toujours restée forte et cette enseigne est une évidence pour la population, alors qu’elle avait complètement disparu en France. Nous les voyons heureusement revenir de plus en plus ces dernières années dans nos villes, et nous avons voulu percer les mystères de cette enseigne emblématique.

Nous allons voir que cette enseigne n’est pas bleu-blanc-rouge pour célébrer une quelconque appartenance à un pays, mais a une réelle base historique, loin de ce que l’on peut voir aujourd’hui dans les salons de coiffure pour hommes.

Les origines du Barber Pole   

Au Moyen Âge, époque où la majorité de la population était analphabète, on désignait son lieu d’activité par un signe ou un symbole universellement reconnu. Or, il faut savoir que les barbiers de l’époque ne faisaient pas que couper les cheveux et tailler les barbes, ils étaient également dentistes et chirurgiens !

Les saignées et les sangsues étaient deux des pratiques médicales que les barbiers exerçaient alors, et qui étaient très fréquentes à l’époque. C’est un service qu’ils offraient aux personnes qui n’avaient pas les moyens de voir un vrai médecin, et qui a donc contribué à la création du poteau de coiffeur tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Barbier chirurgien à Paris

Pour annoncer les services qu’ils offraient, les barbiers laissaient souvent de grandes bassines de métal (utilisées pour recueillir le sang ou contenant des sangsues) à la fenêtre. Ils suspendaient également les pansements usagés à un grand bâton pour les faire sécher devant leur échoppe, pour faire savoir aux clients qu’ils étaient ouverts. C’est ainsi que le poteau de barbier a évolué pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Le blanc du poteau est une représentation du bâton que les patients saisissaient pour augmenter le débit sanguin pendant la saignée, tandis que les bandes rouges en spirales représentent les pansements ensanglantés utilisés pour le nettoyage. La sphère en laiton au sommet du poteau pourrait représenter le bassin qui contenait les sangsues, tandis que la large base évoque le bol utilisé pour recueillir le sang. Quand le poteau est attaché au mur, la base est remplacée généralement par une boule rappelant celle de son sommet.

Evolution du Barber Pole dans le temps

Voici quelques exemples de barber-poles anciens, dénichés dans d’anciens catalogues d’équipement pour barbiers, mais également dans les bases des brevets :

Barber Poles anciens

De nombreux bâtons de barbier modernes ont une bande bleue, que certaines sources historiques citent comme un hommage aux couleurs du drapeau américain. Quelques fabricants ont dû profiter de certains élans patriotiques pour modifier leur collection, et ça a dû marcher ! En Europe, la bande bleue serait destinée à différencier les coiffeurs des médecins, à mesure que les deux professions commençaient à s’éloigner. Si vous en savez plus, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaires !

Utilisation actuelle et reprise

Voilà donc pourquoi certaines marques de produits de rasage ou de soins pour la barbe arborent les couleurs bleu-blanc-rouge en fines rayures, lignes ou spirales. Ce n’est pas (forcément) pour mettre en avant leur fabrication française, anglaise ou américaine, mais avant tout pour rappeler les couleurs du Barber Pole !

Au delà des couleurs et motifs sur les packagings (Proraso, Omega Via Barberia, rasoirs Timor) ou dans les logos des marques, certains accessoires que nous connaissons reprennent également la forme de cette enseigne ! On peut notamment citer le manche du rasoir 38C chez Merkur, le 99R chez Parker, ou encore les rasoirs GII et Contour du Dr Dittmar.

La coiffure masculine a parcouru un long chemin depuis le Moyen Âge, mais le poteau de barbier reste encore iconique aujourd’hui dans la représentation du métier.

8 Replies to “Barber Pole : la petite histoire derrière l’enseigne de barbier”

  1. J’ai lu 2 fois pour voir si je n’avais rien raté mais on ne dit rien sur le pays d’origine, on parle du moyen âge donc ce ne sera pas aux USA serait-ce en Angleterre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.